Campagne de prévention du suicide.

Publié le par sesmargot



Cette affiche est le résultat d'un travail d'un groupe de 3 jeunes de 1ière ES.
Retour sur une envie de se mobiliser.


Retour sur une mobilisation : Docu-fiction.
Texte de Sesmargot.

Les histoires commencent souvent par « il était une fois ». Sauf que le suicide, ça ne se raconte pas. Le suicide, personne n'en parle. D'ailleurs, c'est de l'ordre du privé. De l'intime. C'est triste mais c'est privé. Et puis c'est rare. On n'en voit pas tous les jours au journal du 20h. Alors c'est que ça doit être rare. Limité à la prison. Et puis, c'est tabou. C'est qu' la tristesse du monde, ça nous met mal à l'aise. Surtout pour le suicide. C'est pas un décès comme les autres. Y'a de la colère, de la culpabilité, des gens et de la société.

Et puis un jour, l'histoire commence. Elle se raconte. Prévention(1) fait une intervention. Oui, oui, je l'appelle par son p'tit nom. Première rencontre un peu délicate. Comme un premier rendez-vous quoi. Les premières rencontres sont toujours délicates. Enfin c'est ce qu'on - les vieux - dit. On la connaît pas bien Prévention. Faut se laisser du temps quoi. Le temps passe. Et puis, ça fait son chemin. Petit à petit.

 

Quand tout à coup ! Un autre rendez-vous ! En classe (2) ! Je suis plus à l'aise. Il paraît qu'on est plus à l'aise après plusieurs rendez-vous. Enfin, c'est ce qu'on dit. Oui c'est vrai, je la connaîs de mieux en mieux. Je la comprends mieux. Honnêtement, je vais de découvertes en découvertes. 


En fait, du côté des représentations erronées, on n'est quand même pas gâté ! Et, d'ailleurs, le suicide, c'est pas rare du tout !
Déjà Emile l'avait étudié. C'est qu'il est pas tout jeune Mimile.  C'est que son travail remonte à plus de 100't'ans (et non 100'z'ans). Et puis, aujourd'hui, c'est encore un réel « problème de société » ! Toujours d'actualité ! (3)

 

Comment accepter de rester seule. Seule à savoir. Parce que c'est bien mon impression. Y'a pas grand monde à se sentir concerné. Enfin si. Y'a plein de gens. Des professionnels de la santé. Des associations. Mais l'Etat n'est pas très mobilisé. On n'est quand même pas envahi de campagnes de mobilisation. Faut bien l'avouer. Et pour le mobiliser, faut lui montrer que moi aussi, petit morceau de l'opinion publique, je suis interpellée par le sujet. Et je veux qu'il fasse quelque chose. Parce que tous les ans, c'est le même problème. C'est que ça aussi, c'est un sacré constat : la permanence du problème à un niveau très élevé.

 

Alors voilà. Avec mes copines, c'est parti. On a 4 semaines. Faut pas se relâcher. Faut rester le nez sur le calendrier. Rendez-vous au lycée. Le travail est divisé. Mise en commun des tâches à effectuer. Je suis en train de me rendre compte que j'en suis à ma cinquième phrase qui rime. Euh... avec celle-là, j'ai brisé la chaîne. Je me sens une âme de poète. Plus sérieusement. Rendez-vous à la maison aussi.

 

Et oui, c'est qu'il y en a des choses à faire mais surtout, avant, à penser... Les couleurs, les images, les dessins, le visuel, le ton, le texte, le logiciel de dessin, le dessin à la main, le message, le destinataire... euh... le prix. Et oui, faut quand même que ce soit faisable. C'est dingue ce qu'il faut mobiliser comme compétences pour réaliser une affiche(4). Voilà qu'on a la série d'affiches entre les mains. Reste plus qu'à en placarder partout. Faut que le message passe.


Les suicides, y'en a beaucoup, y'en a trop, y'en a beaucoup trop!

 

C'est fait. C'est fini. Comment ça c'est fini ? Mais non. Cette étape là est terminée. Mais le message doit encore circuler. C'est pas le moment de lâcher. Il faudra continuer. Sans doute faudra t-il aussi réussir à mobiliser. Beaucoup de gens, de jeunes ne savent pas encore mais dès qu'ils sauront, ils voudront participer. En diffusant ou autrement(5).

 

Faites tourner. C'est pour les sauver.

 

  • (1) Rencontre avec le Centre Hospitalier de Verdun qui organise une exposition du le suicide et une rencontre avec des classes en partenariat avec le CESC (Comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté).
  • (2) Quelques heures sur la sociologie du suicide en Sciences Économiques et Sociales : De Durkheim à aujourd'hui.
  • (3) Voir aussi la publication de la DREES (Direction de la Recherche des Etudes de l'Evaluation et des Statistiques).
  • (3bis) Voir aussi l'encyclopédie sur la mort.
  • (4) Le projet a donné lieu à un bilan constructif.
  • (5) Le projet était envisagé sous plusieurs formes. Un exemple ci-dessous :

 

Publié dans Archives avant 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fabien 11/05/2009 10:41

Trop cool pour le suicide c'était vraiment génial la représentation